Extrait "Priorités de la charte Erasmus"

Quelles sont les priorités?

Priorité 1: Augmenter les niveaux de qualification et renforcer la dimension sociale de l'enseignement supérieur

Les projets couverts par cette priorité doivent soutenir les actions visant à renforcer l’accès à l’enseignement supérieur et à en améliorer la dimension sociale. Les principaux objectifs la hausse des taux de participation et de réussite des étudiants des groupes sous-représentés (évoluant dans un contexte socio-économique difficile, personnes handicapées, d'une minorité ethnique ou d'origine immigrée, etc.) et des apprenants non traditionnels (étudiants à temps partiel, qui ont de lourdes responsabilités familiales, apprenants adultes, etc.), l'amélioration de l’éducation et la formation tout au long de la vie par la création de parcours de formation modulables, la mise au point de solutions pour accroître la responsabilité sociale des établissements de l'enseignement supérieur, et l'amélioration de la parité hommes-femmes dans les branches où elle est particulièrement problématique.

Il est à noter que cette priorité remplace l'ancienne priorité «dimension sociale de l'enseignement supérieur».

La priorité sera accordée aux projets ciblés sur:

  • l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur pour les groupes sous-représentés et les apprenants aux parcours non traditionnels, par exemple en encourageant la reconnaissance d’apprentissages antérieurs non formels et informels et en développant ou en améliorant l’accès aux services d’orientation et de conseil, ainsi que par des offres de recrutement spéciales ciblant de nouveaux groupes d’étudiants telles que celles suggérant des parcours de progression de l’enseignement professionnel ou d’autres types d’enseignement vers l’enseignement supérieur;
  • des systèmes permettant de mesurer l’amélioration de l’accès pour les groupes sous-représentés;
  • le développement de politiques visant à augmenter les taux de réussite dans l’enseignement supérieur, notamment grâce à un soutien personnalisé (financier ou autre) plus important et à l’orientation des étudiants;
  • l’élaboration de dispositions flexibles, notamment pour les filières à temps partiel ou personnalisées (y compris l’apprentissage à distance), afin de répondre aux besoins particuliers des étudiants de l’enseignement supérieur;
  • l’équilibre entre les hommes et les femmes par la promotion de la participation et de la réussite du genre sous-représenté dans les disciplines concernées;
  • la sensibilisation à la responsabilité sociale des établissements d'enseignement supérieur et le développement de celle-ci, notamment par l’intermédiaire d’activités d’information et de filières d’accès axées sur les communautés.

Priorité 2: Améliorer la qualité et la pertinence de l'enseignement supérieur, y compris par une coopération entre les établissements d'enseignement et le marché du travail

Les projets soumis au titre de cette priorité doivent soutenir les activités contribuant à adapter les programmes aux demandes actuelles et futures du marché du travail et à doter les étudiants de capacité d'emploi et de compétences transversales telles que l'esprit d'entreprise, grâce à une coopération active entre les établissements d'enseignement et des partenaires extérieurs - entreprises, organisations professionnelles, chambres de commerce, partenaires sociaux, organismes locaux et régionaux, etc. et reconnaissant et stimulant le rôle de l'excellence du personnel enseignant dans la réussite des étudiants.

Il est à noter que cette priorité remplace partiellement les anciens volets intitulés Développement du programme des actions Erasmus, Modernisation de l’enseignement supérieur et "Soutien à l'agenda de modernisation de l'enseignement supérieur (réforme des programmes de cours, réforme de la gouvernance et réforme du financement)".

La priorité sera accordée aux projets ciblés sur:

  • le renforcement du lien entre les activités d’éducation (scolaire et périscolaire) et les besoins des entreprises et du marché du travail, par exemple en évaluant les besoins futurs en aptitudes et en encourageant la contribution des entreprises à la conception des cours et en veillant à ce que les programmes d’études intègrent innovation, créativité et esprit d’initiative et d’entreprise;
  • le développement de services éducatifs pour les entreprises dans le cadre de l’éducation et de la formation tout au long de la vie, sur la base d’une demande explicite et de la participation des employeurs, tels que des cours spécifiques pour mettre à jour les connaissances et les compétences des salariés;
  • le développement des initiatives ou des outils permettant d’évaluer et de promouvoir l’employabilité des diplômés;
  • la conception de programmes intégrés qui devraient inclure la transmission de compétences transversales, couvrant un cycle complet d’études (licence, master ou doctorat) conduisant à un diplôme reconnu, conjoint, double ou multiple, un cycle complet d’études dans des domaines fortement interdisciplinaires ou des programmes d’études et des modules d’éducation continue visant à actualiser les connaissances et les compétences acquises dans le passé;
  • une meilleure exploitation du potentiel des TIC visant à favoriser des expériences d’apprentissages plus efficaces et personnalisées, et à rationaliser la prestation des cours et l’administration des établissements d'enseignement supérieur;
  • la mise en place d’incitations destinées à permettre aux établissements d'enseignement supérieur d’investir dans le développement professionnel continu de leur personnel, pour recruter suffisamment de personnel pour développer des disciplines émergentes et pour récompenser l’excellence dans l’enseignement.

Priorité 3: Améliorer la qualité grâce à la mobilité et à la coopération transfrontalière

Les projets dans le cadre de cette priorité doivent soutenir des activités visant à développer des stratégies innovantes pour stimuler la mobilité ou les moyens de lever les obstacles à la mobilité dans l’enseignement supérieur. Cette priorité couvre également les projets qui soutiennent la mobilité virtuelle inscrits dans une stratégie globale d’intégration efficace des TIC dans les établissements d'enseignement supérieur participants.

Il est à noter que cette priorité remplace partiellement les anciens volets intitulés Campus virtuel Erasmus et "Stratégies de mobilité et suppression des obstacles à la mobilité dans l'enseignement supérieur". Cette priorité couvre également les projets qui soutiennent la mobilité virtuelle inscrits dans une stratégie globale d’intégration effective des TIC et de ressources pédagogiques en libre accès dans les établissements d’enseignement supérieur participants. Plus d'informations sur les activités soutenues précédemment par l'action Campus virtuel Erasmus.

La priorité sera accordée aux projets visant à:

  • élaborer des stratégies visant à améliorer la mobilité à des fins d’apprentissage, par exemple en encourageant l’ajout de «fenêtres de mobilité» dans les programmes d’enseignement ou en favorisant l’adoption de «multiplicateurs» (enseignants, éducateurs/managers, formateurs etc.) afin de promouvoir la mobilité;
  • analyser et supprimer les principaux obstacles à la mobilité et notamment ceux qui empêchent la pleine reconnaissance du séjour à l’étranger des étudiants mobiles, dont la valorisation et la pleine utilisation des outils d’équivalence existants (le système européen de transfert et d'accumulation de crédits (ECTS); Europass, y compris le supplément au diplôme, etc.);
  • rendre des informations pertinentes et actuelles sur les possibilités de mobilité transnationale facilement disponibles à l’échelle nationale et régionale;
  • fournir des ressources éducatives libres d’accès de façon à pouvoir partager les contenus à l’échelle européenne, dans le cadre d’une stratégie institutionnelle dont les aspects organisationnels et techniques auront été définis au préalable;
  • renforcer la mobilité virtuelle en reconnaissant les enseignements délivrés par d’autres institutions à l’étranger, en ayant recours aux outils d’apprentissage virtuel.

Priorité 4: Alliances de la connaissance

Les projets présentés au titre de cette priorité doivent soutenir les alliances de la connaissance, soit des structures qui réunissent des entreprises et des établissements de l'enseignement supérieur dans le but de renforcer et d’élargir le potentiel d’innovation européen, grâce à une vaste palette d'activités communes faisant appel à des méthodes innovantes d'apprentissage et d'enseignement, à la conception et à la mise en place de nouveaux programmes d'études interdisciplinaires et de cours novateur, et à la promotion de l'esprit d'entreprises. Ces projets devraient viser à faciliter le partage des connaissances entre les établissements d'enseignement et les entreprises, et à instaurer une véritable réciprocité, universités et entreprises unissant leurs forces pour augmenter leurs possibilités d'innovation.

Il est à noter que cette priorité remplace partiellement les anciens volets intitulés Coopération entre établissement d'enseignement supérieur (EES) et entreprises.

Les projets devront favoriser la réalisation de vastes ensembles d’actions conçues et mises au point de concert par les partenaires. La nature des activités envisageables est assez ouverte pour permettre une grande flexibilité et l’adaptation à différents contextes à travers l’Union; elles s’articuleront autour des trois grands axes intégrés suivants:

  • de nouvelles méthodes d’étude et d’enseignement, dont la conception et l’organisation communes de nouveaux programmes d’étude et cours multidisciplinaires, l’organisation d’activités d’enseignement au sein des entreprises, la participation d’étudiants et de professeurs à la résolution de problèmes bien réels auxquels les entreprises sont confrontées, l’appui à des formules d’enseignement multidisciplinaire centré sur l’apprenant et basé sur des problèmes concrets, la mise au point et l’organisation de plateformes de mise en adéquation des besoins des entreprises et des projets des étudiants, la mise au point de formules d’enseignement entre plusieurs entreprises ou plusieurs pays, des trains de mesures destinées à inciter les professeurs à essayer de nouveaux modèles d’innovation et d’affaires, à actualiser et améliorer leurs compétences en étant exposés à des situations d’entreprises bien réelles;
  • le soutien aux compétences et aux attitudes propices à l’entrepreneuriat, en promouvant les compétences transversales par l’intégration de l’éducation à l’entrepreneuriat à travers l’ensemble des programmes de l’enseignement supérieur. La mise en place de nouvelles possibilités d’études à partir de l’application pratique des compétences de l’entrepreneur (mise au point de nouveaux produits ou services et prototypes réellement susceptibles d’être commercialisés);
  • une mobilité structurée, passant, notamment par des stages ou des périodes de pratique professionnelle en entreprise pour les étudiants, des détachements temporaires de chercheurs ou d’enseignants dans des entreprises, l’intervention de membres du personnel des entreprises dans les cours, la mobilité des personnels entre le monde universitaire et celui des affaires, une association du personnel enseignant à des projets d’entreprises, en vue de l’échange ou du transfert de connaissance et d’innovation ou de la mise au point d’innovations «taillées sur mesure».

Priorité 5: Améliorer la gestion et le financement

Les projets soumis dans le cadre de cette priorité doivent soutenir des activités qui visent à étoffer les capacités stratégiques des établissements d'enseignement supérieur et de leur personnel de direction en les rendant plus autonomes et en les responsabilisant d'avantage, et les aident à attirer diverses sources de financement et à gérer leurs ressources plus efficacement.

La préférence sera accordée aux projets visant à:

  • faciliter la coopération européenne en matière d’assurance qualité, par exemple en définissant et en appliquant de nouvelles procédures communes pour l’évaluation interne et externe de la qualité des programmes d’études, pour des démarches et des outils communs dans le domaine de la reconnaissance des diplômes conjoints, doubles ou multiples, et pour des principes clairs visant à l’assurance qualité de l’éducation transnationale;
  • améliorer l’autonomie et la responsabilisation des établissements d'enseignement supérieur, incluant une participation élargie des acteurs aux processus décisionnels (par exemple aux étudiants, aux anciens élèves, aux entreprises, aux partenaires sociaux, aux organisations de la société civile, aux associations de développement régional);
  • promouvoir la transparence de la diversité et la performance des établissements d'enseignement supérieur;
  • améliorer le leadership stratégique au sein des établissements d'enseignement supérieur grâce à des systèmes de gestion rigoureux;
  • développer des stratégies visant à accroître l’efficacité du financement, en incluant les mécanismes de financement basés sur la performance;
  • promouvoir la diversification du financement des établissements d'enseignement supérieur;
  • évaluer et promouvoir le retour à l’investissement dans l’enseignement supérieur.